19 décembre 2018

RITA BRAGA SPEAKING!! an interview from the tutti frutti twilight zone


We are very very pleased to have Rita Braga's new album released on Lunadélia Records. "Bird on the Moon" is a magical collection of experimental-yet-catchy minimalist pop songs that reaches for the stars and intergalactic retro-futuristic delights . The young portugese artist -who's been touring all around the world for a whole decade in festivals, clubs and art shows- has been collaborating with a couple of beautiful freaks on her album, including the legendary Ian Svenonius (The Make-Up, Nation of Ulysses, Chain & the Gang...). Here's our interview with the girl from the moon : 

Lunadélia Records : Hi Rita! Can you tell us something about you? Anything! Who are you Rita Braga?
Rita Braga : They say I look like Betty Boop but I yam what I yam and that's all what I yam - like Popeye the Sailoirman. I'm strong to the finish cause I eat my spinach.

L : Your new album, Bird on the Moon, is full of electronic sounds, lo-fi synths, idiosyncratic pop tunes and surrealist stories... all in all it sounds like some strange sci-fi cabaret club night to me. The Roaring 20s in wonderland through some kubrickian space portal if that makes sense (it does to me!!). What is going on here?!!
RB :That's a great description, thank you. Sometimes people ask what my songs are about and it's hard to say, there is no objective meaning or a clear message and it's more of a dream logic. I use a lot of visual references as well and I wanted this album to have a certain space age or sci-fi vibe, but the basic idea was to write and produce songs with my small collection of vintage synths from the 70s and 80s and see what comes out. If there is a touch of the Roaring 20s it must be because I love that era and the portal is there. It's hard to stick to one idea - I tend to mix all sorts of things, like a whole crowd of people in a club night inhabiting it. 

L : If «Bird on the Moon» was a human being, how would he/she look like?
RB : She would have very long arms, that would stretch all the way to... you guessed, the moon! Sometimes even reaching Saturn, but that's when the hand feels like trying out new rings. She is a natural Diva. A natural woman too like Aretha Franklin, only her arms are longer.

L : Can you tell us about the process of recording the album? Don't hesitate to go technical!
RB : I started by recording all the keyboards and vocal takes into my computer at home. I was experimenting with ideas at the same time as composing, and I wanted to see how far I could go with my few resources. But in general I'm more interested in the songwriting and artistic production than in the technicalities of recording and mixing, so I prefer to have someone helping with that. Finally (after a lot of blood, sweat and tears) I went to a studio to record the vocals again with a much better microphone, as well as the ukulele parts and other elements. Rodrigo Cardoso helped me in that process and with all the mixing. Each song deserved its own treatment, they're idiosyncratic pop tunes like you said.



L : I heard you play a cover from the Twin Peaks soundtracks (Julee Cruise's back inside my heart), what is your favourite movie by David Lynch? Also, your favourite movies in general?
RB : I'm a big Lynch fan, a few of his movies are my favourites including «Blue Velvet», «Wild at Heart», «Lost Highway», «Mullholland Drive», probably all obvious choices from the classic Lynch universe. One of my all time favourite directors is Billy Wilder: the classics «Sunset Boulevard» or «Some Like it Hot», as well as «The Private Life of Sherlock Holmes», «Irma la Douce», or the sex comedy «Kiss me, Stupid» with Dean Martin playing a caricature of himself and Kim Novak as Polly the Pystol... which leads to some more trashy stuff: «Nude on the Moon» is really bad and mesmerizing for me at the same time (the director Doris Wishman has been called «the female Ed Wood»). I love a lot of 60s films: Polanski's «Rosemary's Baby» or «The Tenant»; or «Midnight Cowboy»; «Barbarella»... I also love John Carpenter's «They Live», «In the mouth of madness»... more recently out of curiosity I watched films from the «pre-code» era (before strict censorship arrived in Hollywood in 1934 with the Hays Code) and I loved «Baby Face» from 1933. After making this list I realise I seem to have three favourite genres: psychological thrillers, sci-fi and sex comedies - often combined.

L : You did many collaborations for the album, how did that happen?
RB : I sang, played all the keyboards, ukulele, and some small percussion instruments, but I always enjoy having collaborations in my albums to add more richness. The same happened with the previous «Cherries That Went To The Police» and «Gringo in São Paulo» which had even more guests. In this case I had a couple of collaborations to write lyrics in French and in German as I only know the basics of those languages (Marie Magalhães on «Je n'Arrive Pas» and Friedel Fink on «Das Delfinwunder»). Then I had two great musicians from Porto, João Pais Filipe and Angélica V Salvi recording percussion and harp. I invited Ian Svenonius to deliver some spoken word in «Church Bite» after doing a couple of small tours together in Portugal with his solo project Escape-ism. I'm so happy he was on it. Dorit Chrysler recorded theremin in «A Quantic Dream» and Mary Ocher - a fellow Bruce Haack fan - provided backing vocals on my cover of Haack's «National Anthem to the Moon». These are all musicians that I admire.

L : Would you share with us a recent dream you had at night?
RB : Recently I had a dream about cabaret performers in Denmark going on strike, complaining about all the bureaucracy and rules they had to go through in order to present their work. And then I was visualising a big crocodile with an open mouth swimming in the sewer and I woke up to the sound of the alarm clock. I wondered if the performers would be thrown to the crocodile just like Romans would throw people to the lions... and they say Denmark is one of those perfect countries. But I guess in reality things are a bit different. Is there even a cabaret scene there? What does this all mean?

L : There are two covers on the album, «National Anthem to the Moon» by electronic pioneer Bruce Haack and «Upa Upa», (well this one we don't know much about! What's that?)so..why and how:-)
RB : «Upa-Upa (Meu Trolinho)» is my low-fi psychedelic dub version of a very old Brazilian Carnival march written by Ary Barroso in the 1930s (he wrote the famous song «Brazil» among many classics). I made that recording a few years ago and thought it could be the bridge between my last release «Gringo in São Paulo», which was written and recorded during my residency in Brazil, and this vintage electronic keyboard direction. It also sounds closer to my early EPs of home recordings. And Bruce Haack can be elected as one of the Godfathers of «Bird on the Moon»: I relate to his universe and felt like paying tribute.


L : What is this «wonder dolphin» you're talking about in Das Delfinwunder... I have to know!! Or maybe my German is not correct at all (in this case apologies to any potential German readers)...
RB : I think it means something like «the wonder/the miracle of the dolphin». I wrote the lyrics in collaboration with my friend Friedel Fink in a very short time. We were throwing words around and making short sentences together in German - the result came out as a description of a dream about a dolphin, who is living inside a cage and wishes to be free and fly home. In the end we open the door to save the dolphin, the light turns on and he walks out without even saying goodbye.
I was really hoping this song to become a new Summer hit in Germany with endless DJs playing it in beach clubs and the audience dancing the choreography in a similar phenomena to «La Macarena» in the early 90s (yes, there is a choreography to this song in the live version) and I don't know why that hasn't happened yet. Wrong season, or not enough beach clubs?

L : The last song is «A Quantic Dream» which you called a pop operetta, I read somewhere you created it for a special project?
RB : In 2016, between my previous EP and the new album, I did a two month artist residency in Graz, Austria. My original proposal was to compose a minimal pop ukulele operetta, so... I had to do it. I conducted some research on old operettas to get inspired by that form and then wrote a non-linear story and some songs to create a DIY musical theatre piece called «A Quantic Dream». I described it as «a combination of a dream sequence, astrophysics, burlesque and light hearted existentialism filled with symbols to be interpreted in many ways». There were a few performers: a scientist/narrator, myself singing and playing, a thereminist, and a burlesque dancer. Animations were being projected by Martha Colburn, plus there were a few stage props including a giant worm. It was totally a new thing for me to develop this kind of theatrical performance and it's something I'm hoping to do more in the future. I really liked the three ukulele songs I wrote for «A Quantic Dream» so they ended up being released on «Bird on the Moon», which shares a similar sci-fi vibe.

L : I already mentioned this almost cabaret-esque quality to your music, do you see yourself as a performer?
RB : I love performing, and occasionally I book gigs at cabarets. Going back to the beginning, my first ever gig was at an underground varieté show in Lisbon in 2004, called «Sunday Show», which was full of funny and surreal performances; it felt so natural in the moment to participate. I only realised much later that it was a unique event in Portugal and I feel really lucky to have taken part. My first concert also included performative moments and absurd interludes, culminating in me being kidnapped from the stage in the middle of the last song by a space monkey (that scene is still on youtube: «Rita Braga abduzida»). I often think that my music is more inspired by old films than by just other musicians and bands. One of my favourite bands that I can relate to is the Bonzo Dog Dooh Dah Band. I'm also a big Devo fan, they were performers.

L : How difficult is it to be an artist in the post-2000s? (or how easy, if you prefer!)
RB : It's hard to say as I only started in the post-2000s. The internet has made everything more democratic, but there seems to be an ocean of songwriters and bands but fewer stars, and it's hard to keep track. I enjoy the fact that I was able to build my network of contacts and book international tours, even if it takes a lot of time to organise all that. Also the money for gigs seems to be a lot less now then 10 or 20 years ago, which is one of the reasons why I chose to go solo. With a band it's hard to even cover the travelling costs, and I wanted to be more flexible with time and explore. Apart from that, I guess the key is to be versatile and not stick to just one thing. Recently I became bored with being a solo travelling musician for nearly 10 years and now I feel like expressing myself through other mediums such as writing, drawing, performing, teaching workshops and working with a wide variety of people. I just relocated to London to take an MA in Performance Making, which will hopefully open new possibilities.

L : What are the colours of the Tutti Frutti Twilight Zone?
RB : Red, Orange, Pink, Yellow, with flashes of aquagreen. Sometimes purple.

L : A last question: What would you want to say to your 10 year old self? And what would this little girl want to say to your present-self?
RB : I would tell her I'm impressed by her results at school (I was a really good student only until the age of 12). And she'd tell me to continue with what I'm doing, whatever it is... and not forget to eat my spinach.

listen to BIRD ON THE MOON HERE
Buy the CD or the DIGITAL EDITION THERE
Learn more about Rita Braga EVERYWHERE

Drawing by Toma Pan







21 juillet 2018


Cassette Release & Interview : 
Laure Briard - Coração Louco - 


Sorti le mois dernier sur le label Midnight Special Records (Michelle Blades, Cléa Vincent, Kim...) qui l'accompagne depuis son précédent album "Sur la piste de danse", CORAÇÃO LOUCO présente 6 nouvelles chansons de Laure Briard, six nouveaux titres chantées en portugais que l'artiste est allée enregistrer au Brésil en compagnie du groupe sud-américain Boogarins. Lunadélia Records a le plaisir de sortir en édition limitée la version cassette de ce maxi-EP (disponible ICI pour la K7, ou ICI pour la version CD, digital et le streaming). Rencontre avec Laure en 12 questions :

Lunadélia Records : "Cœur fou, cœur libre" chantes-tu sur le titre éponyme, Que peux tu nous dire sur ce cœur qui bat...En titrant l'album ainsi on imagine aisément qu'il sert un peu de fil conducteur?

Laure Briard : Oui effectivement c est le fil rouge. C'est le cœur sensible mis à rude épreuve dans la vie de tous les jours. La complexité de gérer (parfois) les sentiments qui partent dans tous les sens. Mais une chose est sûre, c'est un cœur qui fait ce qu'il veut, qui prend des décisions, qui s'affirme. Dans toutes les chansons il y a un peu de ces éléments.

LR : Qui sont les Boogarins, avec qui tu as enregistrés ces chansons? Comment vous-êtes vous rencontrés et décidés de collaborer ensemble?

LB : J'ai rencontré les Boogarins lors de ma tournée Tex/Mex en mars 2017. On a joué plusieurs fois ensemble lors de festivals, notamment South By SouthWest. J ai ressenti quelque chose d'ordre un peu mystique quand ils m'ont dit un soir qu'ils pourraient m'aider à venir jouer au brésil. J'étais déjà très fan de musique brésilienne, j'ai pris ça comme un signe divin. A mon retour sur Toulouse, j'ai direct renvoyé un mail en disant "bon alors les gars on s'organise comment...?" C était fin mars. En septembre j'avais 10 dates au Brésil. En rentrant de tournée j'étais complètement obsédée. Cette tournée a été incroyable ça m'a complètement bouleversée. Je suis tombée malade en novembre. Assez violent le truc. Pendant 2 mois je ne pouvais rien faire. J'ai continué à écrire en portugais et à composer (j'avais déjà écrit Janela juste avant la tournée lors d'une nuit d'insomnie caniculaire) Parfois j'avais l'impression d'être guidée par des forces supérieures (ma divinité c'est Lemanja). Ou c'était peut être le Tramadol (dérivé d opiacés) que je devais prendre à haute dose, ha ha! Bref je me suis retrouvée avec 6 morceaux que j ai envoyés à Benke (Ferraz des Boogarins)  en disant "Mon rêve le plus fou serait de venir les enregistrer avec vous au Brésil!!!" Et bingo! 3 mois après j'étais avec eux à Mogi Das Cruzes.

LR : Il règne sur cette album une ambiance doucement psychédélique, entre chanson pop brésilienne mi-traditionnelle mi-moderne et collages sonores/arrangements assez perchés, le tout enrobé d'une production imaginative mais légèrement plus "sale" que tes précédentes sorties. Une volonté de ta part, un but que tu cherchais à atteindre avec ces chansons?

LB : J'ai travaillé les 3/4 de ces chansons seule dans ma chambre avec mon multipiste. C'était des arrangements assez sommaires car je n'avais pour instruments que 2 claviers Yamaha, une guitare électrique et une acoustique. Je voulais que pendant l'enregistrement, tout le monde participe, donne des idées. Et surtout je voulais aller dans une autre direction. Je ne voyais pas l’intérêt de reproduire le son classique Laure Briard. Je voulais absolument la touche Boogarins. Et c'est ce qui s'est passé. Le mix de Benke a vraiment tranché. Les prises à la base sonnaient déjà assez LoFi C est un parti pris assez radical je l'avoue. Mais j'en suis ravie.

LR :Confession: on parle très mal le portugais, pour ceux peu familier avec cette langue, peux tu nous teaser un peu ces 6 morceaux? (ou pas, si tu souhaites garder le mystère!!)

LB : Coração Louco : coeur fou coeur libre coeur pur, n"écoute pas les autres
Jorge : ma déclaration d'amour au chanteur brésilien Jorge Ben
Numa Fria Noite : un trip hallucinatoire dans la nuit froide où je croise un inconnu dans la rue
Tomada De Decisão : sur la prise de décision, le fait de s'affirmer dans la vie et surtout d'assumer ses choix
Janela: je l'ai écrite en pensant à une amie qui a vécu des choses assez extrêmes sans sa vie. Janela = fenêtre. Elle regarde par cette fenêtre donc et un espoir renaît à l"aube.Mais il faut être patiente.
Cravado : c'est gravé en moi

LR : D'un point de vu du songwriting, est-ce que le choix d'une langue qui n'est ni  le français, ni l'anglais a modifié ta façon d'aborder l’écriture? Paroles mais aussi musique comprise.

LB : Oui complètement. Bizarrement je me suis sentie plus libre. Je trouve qu'il y a beaucoup plus de poésie dans ces textes. J'ai employé pas mal d'images. Il y a plus de symbolisme. Et au niveau de la composition aussi. C'est comme si j'étais sortie d'un cadre classique.

LR ; Un nouvel album en préparation sur Midnight Special Records qui te produit depuis un album et quelques singles/EP déjà,, une signature chez un tourneur important, tu sembles avoir pas mal d'actualité en ce moment, une idée pour la suite, tu as déjà tout prévu ou tu te laisses plutôt porter par tes envies du moment?

LB: J'ai surtout hâte que l'album sorte en janvier. Hâte de jouer avec mon nouveau band la "Toulouse team" (NdA: Laure réside à Toulouse). On répète un peu. On va vraiment s'y mettre en septembre pendant notre résidence. Chaque chose en son temps. Je n'essaie pas de voir sur le long long terme. Même si j'ai des idées fixes!

LR : Au fait, on me chuchote dans l'oreillette que tu écoutes pas mal de hip-hop, toi qui mélange dans ta musique la pop moderne, la chanson vintage, le psyché, la bossa etc..peut-on s'attendre à voir Laure Briard injecter quelques touches un peu urbaines par ci par là? Ou est-ce une no-go zone?

LB : Et bien figurez-vous que j'ai un nouveau morceau complètement différent de tout ce que j'ai fait. Je ne sais pas si on peut dire urbain...C'est un truc hybride un peu...je ne sais même pas comment le décrire. Après c'est vrai que je peux parfois écouter du gros rap ou r'n'b mais le truc tendance de "musique urbaine" ça me fatigue un peu. Mais j aimerais bien, quand même, faire un petit feat avec Damso!

LR : Ton animal totem? Enfin si tu n'en as pas c'est l'occasion d'en choisir un! 

LB : Le jaguar noir

LR : Si Coraçao Louco etait un film?

LB : Buffalo 66

LR : Tu as étudié la criminologie, des conseil pour repérer le super copain/copine trop sympa qui est en fait un Dexter/Hannibal/CharlesManson en puissance?

LB : Ahah!! Le crazy eye! C'est au feeling ça! Faut être en présence de l'individu!!

LR : Ton précédent album "Sur la piste de danse," navigue entre peines de cœur et recherche d'un idéal, introspection et oubli nocturne..ce qui s'applique à la vie amoureuse s'applique aussi à la musique, y-a-t-il un tue-l'amour artistique chez un musicien?

LB : Christophe Mae?

LR : Soyons poètes, certes! Soyons romantiques, j'acquiesce! Mais il y a un moment où il ne faut pas se voiler la face, un bon gros mot gratuit de temps en temps ça fait du bien. Ton favori, sous copyright Briard?

LB : Sa mère la pute!

ici : commander la cassette!

et là : streaming, telechargement et CD



18 juillet 2018


Videoclip: Greetings from the Beloved Ghosts - "Daily Sweet Fantaisies"


 Extrait du premier premier album STICKY MEMORIES de Greetings from the Beloved Ghosts!!!

20 juin 2018

Marie Mathématique, nouveau clip : Le grand bal du château de Londres


02 juin 2018

Album release & Interview: Greetings from the Beloved Ghosts


Nom: Greetings from the Beloved Ghosts
Profession: duo pop/lo-fi
Adresse: Clermont-Ferrand
Age: C'est pas poli de demander
Taille: 12 titres
Poids: 55 grammes
Enfant(s): 1 (prénom: "Sticky Memories")

Un monsieur, une demoiselle, un album 12 titres qui rappelle les meilleurs heures de l'indie pop british, le tout mixé au broyeur DIY...un omnichord, une boite à rythme...un je(ux)-m'en-foutisme joussif qui, à l'instar des premiers Pastels, cache une vraie qualité de songwriting...nous sommes super contents de sortir le premier album du groupe; intitulé "Sticky Memories". A écouter/telecharger/commander(la cassette) d'urgence par ici: SHOP

Quelques questions, quelques réponses, faisons un peu connaissance :

Lunadélia: Tout d'abord, pouvez-vous confirmer que Greetings from the Beloved Ghosts n'est pas le side-project de Damon Albarn, incognito en Auvergne, échappé de ses obligations londoniennes?

Nuuskaa P. : Je confirme. Honnêtement, qu'est-ce que serait venu foutre le divin Damon en Auvergne? A vrai dire, on m'a souvent ramené que je chantais comme lui. Le fait que j'ai été complètement fan de Blur dans ma prime adolescence a sans doute un rapport avec ça. Y a aussi une histoire de timbre sans doute. On a aussi un autre point commun : l'Islande. Il y a une maison (et un studio, je crois). Moi, j'y ai vécu un an, et c'est sur cette île, très propice à la création, que j'ai effectué ma mue en songwriter.

Let's get technical : comment s'est passé l'enregistrement du disque? Quels micros? Quels amplis? L'omnichord? Vous deux ou avec des amis? Le matin ou le soir? Et surtout, pourquoi enregistrer un disque? C'est quoi pour vous ce disque? Ces "Sticky Memories", ces "souvenirs qui collent"?

Margot: Quand on s'est rencontré en octobre dernier, je lui ai parlé de cette envie, qui bouillonnait au fond de moi depuis 5 ans, d'avoir un omnichord. C'est une sorte de synthé à touches (accords majeurs/mineurs/7ème) avec une espèce de harpinette tactile pour faire la mélodie. Comme c'est assez atypique, et avec nos goûts musicaux respectifs qui s'alignaient parfaitement, on s'est dit que ça pourrait faire un chouette combo! Alors j'ai vendu un de mes synthés pour dégoter ce bel objet des années 80.

Nuuska P. : Au bout de quelques moi, on était prêt à sortir du bois et faire des concerts. Mais comme il fallait bien avoir quelques trucs à écouter pour être programmé dans les bars ou quoi, on a enregistré quelques unes de nos chansons, à la maison. J'ai une carte son qui tient la route, et comme j'en avais plus j'ai investi dans un bon micro Rode qui me semblait aussi bien pour enregistrer la voix que n'importe quel instrument. L'omnichord et la boite à rythme sont branchés directement sur la carte son et un peu bidouillés au mixage. L'ampli que j'utilise pour les grattes est très mignon, c'est une Epiphone à lampes pour enfant: un bouton pour l'allumer, et une molette pour le volume! Point barre. C'est parfait pour moi, car je déteste les choses trop compliquées et trop techniques. Quand vous nous avez proposé de sortir un album sur Lunadélia, ça nous a motivé à enregistrer les autres chansons qu'on avait en stock ou composées entre temps. Et on a demandé au batteur des Wendy Darlings, parce qu'il est à fond sur ce qu'on fait, et tellement cool, de poser quelques lignes de basse sur quelques morceaux. En quelques après-midi et soirées un peu intensives, c'était réglé! J'aime bien quand les choses se font vite et sans tortiller du cul.

M : Nos chemins vont malheureusement se séparer en juillet (bien que nous ne serons pas si éloignés que cela), Nuuska P. à Lille et moi à Brighton, alors enregistrer un disque permet de laisser une trace de ce projet éphémère, qu'on a pris goût à faire, mais aussi de cette jolie amitié qui s'est créée, ce qui nous a permis de surmonter cette années laborieuse sur Clermont!

N : On charrie avec nous des histoires d'amour assez longues et bien passionnelles, qui se sont méchamment cassées la figure à peu près au même moment,, alors qu'on ne se connaissait pas. Et, l'un comme l'autre, on a bien du mal à en faire le deuil. On s'est bien retrouvé là dessus. Ces "sticky memories" qu'on a ruminés jusqu'à la nausée, qui nous empêche d'avancer, et qui ne nous lâchent pas, elles sont liées à ça. Les "beloved ghosts", ce n'est pas nous mais les personnes qu'on a aimé, perdu et qui continuent de nous hanter. On essaie avec ces chansons de les acceuillir et de s'en libérer comme on peut.

L'un l'autre en 3 adjectifs. Le groupe en un mot!

M : Je dirais que Nusska P. est un matou complètement ordinaire, dépourvu de toute sensibilité et pantouflard! le groupe en un mot? Je dirais POPpy!

N: Margot est un pingouin généreux, totalement obsessionnel et calmement nerveux. Pour le groupe: débonnaire!

Des influences revendiquées? (ou non déclarée à la douane? Rien ne transpirera, promis)

M : Je suis passée par plusieurs périodes, mais celle qui m'a principalement marqué pendant mon adolescence a été la britpop, d'où ma passion pour la culture anglaise. Ces dernières années j'ai été envoûtée par la dream pop et les douces mélodies de Beach House ou Youth Lagoon, pour finalement dériver sur d'autre branches de la pop. Je pourrais citer les groupes C86 (Velocity Girl de Primal Scream étant la meilleure chanson pop au monde!) ou du label Sarah Records, mais aussi Lispector, Frankie Cosmos, Deerrhunter, Ulrika Spacek et j'en passe!

N : C'est toujours un peu raide comme question, parce qu'on est tous les deux des gros mordus de musique et c'est des fois difficile de savoir ce qui t'influence plus particulièrement. Je dirais tous les songwriters/songwriteuses qui savent allier bonhomie et bizarrerie dans un souci d'efficacité mélodique. Kevin Ayers, Michael Yonkers, Lee Hazlewood, Syd Barrett ou, dans un registre plus lyrique, Scott Walker pour les "anciens". Aujourd'hui j'admire des orfèvre de la pop parfaite comme C. Duncan ou Meylir Jones mais je sais bien que je ne ferai sans doute jamais de la musique aussi luxuriante. Et c'est peut être aussi bien comme ça...parce que j'aime quand c'est soyeux, charmant voire un peu grandiloquant mais aussi quand ça grince en même temps. Tant de groupes de post-punk (pas le darkos, le rigolo) sont comme ça: Television Personalities, Oh OK, The Homosexuals, 49 Americans ou The Astronauts pour ne citer qu'eux. Les groupes du label néo-zélandais Flying Nun, comme The Clean, The Bats ou Look Blue Go Purple, nous plaisent vachement aussi. Sinon j'ai l'impression que des groupes plus récents comme TOPS, Yumi Zouma, Jaakko Eino Kalevi ou Ariel Pink ont pu influencer d'une manière ou d'une autre la musique qu'on fait. Après, nous, on est vraiment dans une approche assez minimale voire un peu décharnée de la chanson pop.

A tour de rôle, pourriez-vous nous parler chacun d'une chanson spécifique de l'album, comment elle est née, ce qu'elle évoque, ou tout autre chose s'y relatant...

M : Pour la chanson "Boys are B.", j'avais, dans un premier temps, juste la mélodie à la guitare, et j'ai demandé à Nuuskaa P. d'écrire des paroles dessus. Le premier thème qui m'est venu a été la fadeur des hommes que je rencontrais dans une ville qui l'est tout autant, relié à cela nos deux cœurs desséchés qu'on essaie tant bien que mal d'arroser mutuellement, le "B." vient du mot "bland" qui signifie fade en anglais, et c'est en écrivant "Boys are B." sur notre setlist qu'on s'est dit qu'on allait garder le titre comme ça pour laisser libre cours à l'imagination de chacun.

N. : "My beautiful dresses" évoque mon goût pour le travestissement. J'adore porter des robes! Ça fait une dizaine d'année que j'en achète. C'est un vêtement très radical, total. Ça peut être vraiment beau. Et puis c'est tellement confortable! Je trouve dommage que les hommes ne se sentent pas trop autorisés à en porter et résignent à s'habiller en croque-mort insipide. Maudite soit la mode! La chanson fait la description de robes potentielles plus que de robes que j'ai réellement portées, et elles finissent par toutes briller ensemble, dans une sorte de danse folle et joyeuse. J'ai écrit cette chanson il y a plusieurs années, pour un duo qui s'appelait Flirt. C'était notre seule chanson en fait. A chaque répét, on la jouait deux trois fois et après on fumait des joints. Pas très constructif...je suis content qu'elle ait trouvé une seconde vie dans ce nouveau projet et sa place dans cet album.

La question que vous voudriez que l'on vous pose? Et vous pouvez y répondre!

M : Quel est le groupe le plus cool de Clermont-Ferrand?! Les Wendy Darlings voyons!!

N. : Quel est votre instrument préféré? La voix. Et après, c'est le xylophone.

La question "rock'n'folk" : c'est quoi être DIY en 2018?

N. : Et bien, j'ai pas l'impression que ce soit tellement différent qu'en 1981, quand les premiers enregistreurs maisons sont apparus...si? Au risque d'enfoncer des portes ouvertes, c'est tout faire soi-même. Pour un groupe de musique, c'est répéter à la maison et pas dans un local à 20 balles de l'heure, quitte à s'arrêter aux coups de balai du voisin. S'enregistrer  à la maison (encore) et pas dans un studio. Tout mixer soi-même. Démarcher soi-même les associations, les bars, les squats, les petites salles pour jouer. Réinvestir les thunes des concerts, s'il y en a, pour auto-produire une sortie de disque ou de K7. Faire ses affiches des concerts, les visuels des pochettes d'album, ses t-shirts, ses badges? Ou proposer ça à quelqu'un qu'on sent bien, éventuellement contre un peu de sou, mais qui fera ça par goût et pas pour le pognon. Bon, ce qui est un peu drôle, c'est que vous sortez notre première K7 sur votre label, Lunadélia. Mais c'est un tout nouveau label, et la somme d'argent investie n'est pas énorme. Et puis vous êtes des musiciens, pas des chefs d'entreprises! Mais je reconnais qu'en 10 ans de projets musicaux, c'est bien la première fois que ça m'arrive. Mais c'est bien d'ouvrir le champ des perspectives! Parce que le DIY radical comme je l'ai défini est voué à l'obscurité, ce qui n'est sans doute pas pour me déplaire, mais ça ne favorise pas le partage, qui est pourtant, aussi, la clef de voûte du DIY

M : C'est être avant tout patient! (Référence aux heures laborieuses d'enregistrement!) Non, je pense que c'est aussi de rendre le DIY accessible à tous, je pense notamment à l'association BRUTPOP qui promeut la musique expérimentale à un public en situation de handicap en fabricant eux-mêmes leurs instruments.

Politique ou poétique? Ou les deux? Idéaliste ou matérialiste? Ou les deux?

M : Je crois qu'en ce moment la politique me déprime trop, alors je dirais poétique! Rendons à ce monde un peu de poésie à travers les yeux de nos enfants! Idéaliste à 100%! D'où mon futur métier sûrement, qui est de vouloir trouver des solutions pour les personnes en besoins.

N. : Les deux, mon capitaine! J'adore Paul Eluard, qui voulait changer le monde avec sa poésie délicate. Vouloir faire de l'art en toute sincérité et pas du fric, à notre époque obsédée par la croissance et rongée par le profit, ça tient de l'engagement politique! Sans porter de message clair, nos chansons, par le plaisir et les émotions qu'elles peuvent procurer, peuvent bien remuer celles et ceux qui écouteront. Et puis la démarche très débrouillarde, DIY, justement, est aussi politique. Pour moi, l'idéalisme, c'est une manière de vouloir échapper à la réalité, comme si elle n'était pas assez riche et belle. Je suis pour un matérialisme magique! D'ailleurs, ma tortue s'appelle Démocrite, le premier philosophe qui a conçu que l'univers était constitué d'atomes et de vide, l'inventeur du matérialisme.

En dehors de la musique, d'autres influences? Des livres, des films, une couleur, un tableau, un visage?

M : Régilait! Boire le lait concentré sucré de mon enfance me rappelle chaque jour de garder une âme d'enfant candide et de ne pas tomber dans le monde impitoyable des adultes! Fut un temps j'aurais dit la couleur violette, mais c'est définitivement le bleu, bleu nuit précisément, quelque chose de suave, comme une suite d'accords parfaits d'Elvis à la guitare. S'il y a bien des films qui m'ont marqués, "Gainsbourg, vie héroïque" et le biopic dont je ne me lasserai jamais. Mais je pourrais aussi citer "Submarine", "Blue Velvet", "Blue Jasmine", "Les parapluies de Cherbourg" et "Casanblanca" pour leur BO. Et "Lock Groove Comix", BD de JC Menu sur le lockgroove (=morceau de musique se bouclant sur lui-même et donc infini, sur vinyles), me donne encore plus envie de m'essayer à des phrases musicales qui se répètent.

N. : les Moomins! La bande dessinée la plus belle et la plus intelligente de l'histoire! La poésie française entre 1850 et 1950. Le film "Careful" de Guy Maddin, et "Walden", les journaux filmés-accélérés de Jonas Mekas. Le tableau Bacchus de Cy Twombly, mon peintre favori. Le visage de Claude Melki dans les films de Jean-Daniel Pollet!

Pour terminer: pas d'avion, pas de crash, pas d'île déserte, donc pas la peine de choisir 5 disques à emporter. Ça tombe bien, du coup comme vous êtes tranquille chez vous, les 5 disques dans votre discothèque que vous pourriez jeter à la poubelle (une vraie ou celle de l'ordi)?

M : Désolé pour les fans, mais je vais dire un vinyle de Queen qu'on m'a donné. Un autre dont je ne sais comment il est arrivé chez moi, mais le premier vinyle de Fauve (Horreur!). Jamais je n'aurais cru dire ça mais le dernier album de Beach House et des Arctic Monkeys. Pour finir, je ne dirais pas un album mais la playlist complète de mon coloc! (ne m'en veut pas John...) Sauf si vous aimez le reggaeton!

N. : Ça va paraître prétentieux, mais je n'ai jamais renié les disques que j'ai acheté, car je les écoute encore et je les aime toujours. Comme les disques de Blur, de Pulp et de trip hop, qui ont été mes premiers amours. Si je suis assez lunatique dans la vie, je suis très constant dans mes goûts musicaux. Je vais quand même essayer...je balancerais "In the Court of the Crimson King" de Kink Crimson, qui est loin d'être nul mais quand même trop space-rock pour moi. "Modern Guilt" de Beck, où je me suis dit que le mec devenait rasoir et qu'il fallait que j'arrête d'acheter ses disques comme le fan inconditionnel que j'étais alors. Un disque de Timber Timbre qu'on pote m'a offert et que je n'écoute jamais parce que ça miaule trop et que c'est chiant. Un disque de Martha and the Muffins, que j'ai acheté un peu au pif sur une braderie, parce que j'avais entendu une de leurs chansons que je trouvais chouette, et en fait le disque est nul. Enfin un maxi 45tours de 23 Skidoo, un groupe post-punk britannique bien zarbi. Trouvé chez un disquaire à New York, je pensais avoir déniché une pépite, sans voir que le disque datait de 2000: c'était du funk-rock déguelasse avec une grosse production brillante. Beuuuuurk!



Greetings from the Beloved Ghosts tournent ces temps-ci aux quatre coins de France. Plus d'info par ICI!!!


08 mai 2018

Marie Mathématque : new EP out now!!!!   
                                   

Marie Mathématique : nouvel EP "Le grand bal du château de Londres" disponible maintenant en cassette/écoute/téléchargement sur Lunadélia Records!!!

En attendant la sortie en fin d'année de leur nouvel album intitulé "Nos jours étranges", le duo sort un nouvel EP contenant 4 nouveaux titres dont "Si j'étais moi" featuring Laure Briard et une reprise electro-psychédelique du "She's Not There" de The Zombies

La version cassette contient 3 titres inédits du groupe: les 2 premiers enregistrements du projet encore balbutiant, datant de 2014 ("Little Cosmic Girl" et "Song The Lord Forgot To Teach Us) ainsi qu'un tout nouveau morceau enregistré cette année ("Mare-et-rive").

De plus 2000 Records et Lunadéla Records sortent un second pressage du premier album (le premier tirage est épuisé) avec pochette alternative.


07 mai 2018

Paco, Twiggy, la Mode et Moi


FLASH...FLASH...le héros blasé de Blow Up mitraille sans relâche une ribambelles de mannequins aux poses peu naturelles..c'est TOO MUCH, coloré, complètement superficiel (dans tout les sens du terme) et légèrement décadent. Bref, J'ai adoré...je me souviens aussi de la fois où j'avais regardé Polly Magoo tard dans la nuit...et je m'etais plus ou moins endormi avant la fin. Ca m'a quand même marqué ce film. la séquence Op Art en particulier...mais peu importe, ce film ou un autre, de toute façon il y en a plein. Parfois le contenu de l'histoire n'a même pas d'importance. Un peu comme un film porno. Alors, for christ's sake, qui es-tu donc ma p'tite Polly? Et toi, Twiggy? En fait on s'en fout un peu, le sujet n'est pas là.

le monde de la mode, au milieu des années soixante et pendant quelques années, subit des changements au même titre que les autres sphères culturelles et sociales. C'est que tout se bouscule à cette époque. Un seul credo: envoyer chier la morale d'avant guerre, et les croulants qui vont avec...là où les gens étaient square il faudra désormais être hip. Certains jeunes créateurs vont s'empresser de faire ce qu'on fait de mieux dans les 60s: devancer l'air du temps. Avant d'habiller les femmes, ils habillent surtout une époque...Epoque qui permet aux filles de porter pantalons et cheveux courts, et de s'extasier de ce look androgyne. La revolution sexuelle, maintenant largement documenté, est en marche...//pendant ce temps, dans le ciel...spoutnik!!//... et astro et cosmo-naute...un époque qui s'enflame pour les nouvelles conquêtes spatiales naissantes, s'imagine un futur enthousiaste que l'on qualifiera bientôt de rétro et crée des tenues futuristes importables mais fascinantes. Partout, On joue avec les motifs Pop Art et Op Art sur les toutes nouvelles robes trapèzes. Les femmes ont le choix entre cheveux longs et raides avec frange impeccable, coiffure courte à la garçonne, ou encore le fameux carré Vidal Sassoon. Et puis last but not least la mini-jupe, celle par qui le scandale arriva (enfin, entre autre... c'était une sacrée décennie, pas le temps de s'y ennuyer) sur une idée du créateur André Courrèges et popularisé par la suite par Mary Quant...

gros plan..moteur...ACTION!..La silhouette est moderne et futuriste, les couleurs, intenses et téméraires. Les figures géométriques affluent...c'est léger, stylisé, à la fois insouciant, terriblement dans le coup, tourné vers l'avenir, et surtout, indissociable de la Pop Culture..."viens petite fille dans mon comic strip"...on parle souvent de l'enthousiasme des années soixante. Par contraste, si on regarde autour de nous aujourd'hui, le constat est des plus cruels...il ne faudrait pas confondre l'insouciance naïve de cette époque révolu, qui tient plus de l'émerveillement, avec le je-m'en-foutisme actuel, ce désenchantement du monde. La superficialité des 60s était une revendication morale et sociale, inconsciemment intellectualisée, traitant du droit de tout un chacun à disposer de sa propre personne comme on l'entend en dehors des valeurs conventionnelles et d'assumer sa propre recherche du plaisir et du bonheur (et j'aimerais rappeler ici que l'individualisme éclairé n'est pas forcement un égoïsme). Au contraire la superficialité actuelle est celle du vide, de la consomation imbécile, du gouffre abyssal dans lequel s'engouffrent des esprits qui n'ont soif de rien d'autres que de leur propres reflets dans l'eau, déformés, inconscients du pouvoir infini de leurs envies, de leur imagination. Et non pas qu'ils soient coupables, vu qu'ils sont maintenu dans cet état par toute une société faussement permissive, obnibulée par le travail, la réussite financière et le pouvoir jusqu'à en devenir absurde...ah mais je digresse là, non? Je peux? affirmatif, c'est mon blog, c'est moi le boss...(ci-dessus, un model posant pour Yves St-Laurent)

PAUSE
LECTURE

Parmi les principaux créateurs de mode qui ont marqué les swinging sixties:

Déjà cité, en angleterre, MARY QUANT et le look qui la rendit célèbre: mini-jupe, botte en cuir, collant opaque, maquillage sombre sur les paupières et coupe au carré. Pour la touche finale, peut être un imperméable en plastique...elle fut aussi responsable du look lolita dit aussi Baby Doll.


PIERRE CARDIN, qui habille les Beatles (leurs fameuses vestes sans cols, c'est lui) et réalise les costumes de Chapeaux Melons Et Bottes De Cuir (The Avengers en VO). Passionné par l'espace il crée des collections SPACE AGE aux formes rondes. Des vêtements inventifs, parfois jouant sur l'asymétrie, et immédiatement identifiable, comme ces robes trapèzes aux couleurs pop, sur laquelle sont cousus des motifs futuristes.


PACO RABANNE: à l'origine concepteur de bijoux fantaisies, il n'aura de cesse de travailler sur le matériaux de ses vêtements et accessoires. Il présente en 1966 sa première collection de "robes importables en matériaux contemporains". Une de ses créations les plus connus est la robe en métal qu'il déclina en plusieurs modèles. Sa recherche se fait aussi sur les procédés de fabrications. Ainsi Il réalisa par la suite une longue série de vêtements, des capes, des manteaux ou des pantalons fabriqués à partir d'un moule dans lequel on a injecté du plastique. Tout un tas d'autres modèles qu'il qualifie de "dingues" sont conçus par ses soins durant la décennie (notamment des robes en papier). Avant-gardiste..



ANDRE COURREGES: de nombreux hauts-faits pour ce couturier visionnaire. Parmi eux, Ils crée les premières collections futuristes, invente la mini-jupe avant Mary Quant, dans le même temps offre aux femme le pantalon de ville, impose pour les robes la forme dites trapèze comme standard incontournable des 60s et crée le look "moon girl", ces filles en mini-jupes, chaussées de bottes en plastique blanc.



YVES SAINT-LAURENT: un des plus grands couturiers français. Des collections célèbres où l'on retrouve l'iconique robe Mondrian, d'autres robes d'inspirations pop art, la saharienne...Des 66 il apporte des coupes masculines avec ses smokings et pantalons pour femmes. On lui doit aussi d'avoir instaurer le look rive gauche inspiré par les étudiants bohèmes vivant à Paris et qui tentait de démocratiser la mode en introduisant des éléments des classes laborieuses dans le monde chic de la haute couture.. Innovant et audacieux il disait que les vêtements était une "forme de protestation".


Singin' the Pop art blues


"We stand for pop art clothes, pop art music, and pop art behavior," raconte Pete Townshend en 1965, "We live pop art"

Le leader de The Who, ancien étudiant en art school, devient théoricien du rock et repeint son groupe avec une seconde couche arty. A demi bullshit, sans doute, mais le verre est à moitié plein...comme un prolongement de son obsession MOD à travers laquelle se manifeste son enthousiasme pour la jeunesse de son époque, Peter voit du POP partout, et surtout là où ça fait du bruit et de la casse...ses POP ART DREAMS, avec le recul, font quelque peu écho à un Andy Warhol, un océan plus loin, rêvant Nico, Lou et les autres en Avatars freaks de la Pop culture...but that's another story...

Pete Townshend, donc, go Pete go, qui d'instinct a saisi que le rock est autant affaire de musicalité que d'images et de projections de soi, d'univers...on n'écoute pas une chanson, -ça c'est bon pour le grand/petit frere devenu agent immobilier- NON!..on explore le monde à travers elle///Dans cette nouvelle ère dominée par la publicité et la communication de masse, la Pop, avec une majuscule, devient un materiau permettant à l'artiste d'exprimer un discours sur la mode, la culture, l'artifice, la consomation de masse, leur rapport à l'art, et d'explorer la dichotomie art majeur/mineur. WIZZZZZZ...Arrivent la Drowning Girl de Roy Lichtenstein, les tableaux sérigraphiés iconiques d'Andy Warhol, les chiffres surdimensionés de Robert Indiana, les cibles de Jasper Johns et les illusions optiques en noir et blanc de Bridget Riley...that 60s show, honey....pour les musiciens de cette nouvelle génération c'est l'occasion d'appliquer les nouvelles théories de l'art au monde de la musique. Pete-le-moulinet intellectualise la violence scénique de son gang (Roger D., "Biff! dans ta face ptit con"...Keith M. "Pow! dans la tienne!"...), en faisant de la destruction systématique des instruments, de sa guitare electrique comme de la batterie de Keith "VLAMM!" Moon, et du chaos sonore (dés)organisé, un prolongement des théories sur l'auto-destruction(créatrice) du peintre Gustav Metzke, un de ses professeurs des beaux-arts quelques années plus tôt. M-m-m-m-m-usicalement, il crée avec sa guitare du bruit blanc eLeCTriKKK plein de larsen rappelant tantôt le réacteur d'un avion JJJJJJet, tantôt du code morse BIP BIIIIP ou le bruit du vent hurlAAAAAaaaant... Écouter....ecouter//entre autre/ le vacarme déconstruit du single Anyway Anyhow Anywhere (la maison de disque, au moment du pressage, croyait le master endommagé!)...FAR OUT..
extrait ci-dessous, en live au Richmond Jazz and Blues Festival. Énorme...

d'autres groupes, dans le même temps, développent cette nouvelle conception du son, encore balbutiante, dans laquelle des éléments non-musicaux s'assemblent dans un collage sonore absurde et frondeur, prolongation rock de l'idéal Dada (dans un registre plus mélodique, le yellow submarine des Beatles, et aussi, de manière générale, l'album Sgt Pepper..). ////Visuellement, The Who deviennent donc Pop art: vêtements mods aux couleurs vives, chemises bicolores, formes géométriques, logo de RFA (la fameuse target Mod) sur le t-shirt de Keith Moon, motifs Op art, et le fameux costume de Pete Townshend au couleur du drapeau Britannique...SWINGIN LONDON

Cet engouement pour le Pop art arrive à son paroxysme en 1967 avec l'album THE WHO SELL SOUT. Sur la pochette, le groupe se met en scene en train de vendre divers produits de consommation...surtout, presque toutes les chansons du disques sont liées entre elles par de faux interludes publicitaires musicaux, un clin d'oeil ironique aux rapports plus qu'etroit qu'entretiennent la Pop music et l'industrie...ceci est avant tout un objet de consommation......quelques temps plus tard, Pete Townshend et les siens s'en iront vers des concepts plus adulte, et beaucoup moins excitant - l'époque sera au sérieux!-, est viendra nous faire c**** , ou au mieux nous endormir avec son opera rock Tommy. Heureusement, that's another story baby...





Dans le sillon de The Who, d'autres groupes ont chanté le pop art à leur manière...groupe culte, souvent comparé au groupe de Townshend d'ailleurs, mais ayant eu peu de succès à son époque, sauf en Allemagne, The Creation explore lui aussi cette powerpop Mod rempli de feedback et de powerchords freakbeat-isant (ben ouais) avec des titres définitifs comme Makin' Time, Nightmares et un Painter Man au refrain so catchy racontant l'histoire un brin amusé, et cynique d'un peintre réalisant à regret qu'il ne pourra avoir du succès que dans l'art dit commercial, publicités et comic books..."painter man, painter man, who would be a painterman?" chante Kenny Pickett avec un sourire sardonique....à ses coté Eddie Phillips, qui, sans doute sous l'emprise du malin ou de son coeur pourpre, tire de sa guitare des bruits stridents et innommables à l'aide d'un archet de violon (bien avant ce motherfucker de jimmy page)...leur musique est "red with purple flashes", dixit Eddie Phillips, et, petite touche de happening durant les concerts, ils se livrent à de l'action painting pendant que leurs instruments font un boucan de tout los diablos (Pete Towhshend lui même avait songé à prendre Phillips comme second guitariste dans The Who). extrait fracassant:




Moins connus, certainement moins géniaux que The Who ou même The Creation, The Eyes ont néanmoins gravés quelques titres indispensables comme I'm Rowed Out (très Who-esque d'ailleurs) ou l'irrésistible When The Night Falls. Eux aussi généreux en larsen, ils utilisaient en plus sur scène des boucles d'effets enregistrées sur bandes (bruits de cloche, d'accident...) et porter tous des T-shirts colorés sur lesquels etait imprimé un oeil géant avec leur portrait à l'interieur (sic!)...//Et apparemment ils ne manquaient pas d'humour non plus: en 1966 le groupe sort le single My Degeneration, pendant lubrique et ludique- hautement jouissif- du My Generation de The Who où le chanteur harcèle une jeune femme avec des propositions plus ou moins indécentes avant d'expliquer, petit coquin va, que "it's my d-d-d-degeneration"...! Pas de vidéo d'eux en action malheureusement alors faudra se contenter du son:


CURTAIN
that's all folks

ENCORE:
et en rappel, The Creation...

Circles

Circles, my head is going round in circles...round and round and round and round...The Who - Circles


Jasper Johns, Target, 1956



Victor Vassarely




Man Ray, No Title



Vassily Kandinsky, Several Circles, 1926



Peter Blake, The First Print Target, 1961



Bridget Riley, Blaze, 1964



Marcel Duchamp, Rotoreliefs



Marcel Duchamp (with Man Ray), Anemic Cinema, 1926